Accueil > Mettre l'occupant au coeur de la consommation du bâtiment : gestion et occupation éco responsable
Réduire la police Augmenter la police Imprimer la page

Mettre l'occupant au coeur de la consommation du bâtiment : gestion et occupation éco responsable

La gestion et l’occupation éco-responsable des bâtiments est un levier fondamental de réduction des consommations d'énergie dans les bâtiments tertiaires. Comment sensibiliser les gestionnaires de bâtiments à l'importance des éco-gestes de leurs occupants ? Quels moyens et technologies pour associer les utilisateurs à la recherche d'une optimisation de leurs consommations ? Entretien avec Noélie Carretero, cheffe de projet en charge de la performance environnementale, énergétique et du confort du bâtiment au CEREMA, et Roxane Joly, chargée d’études Pratiques urbaines et approche sociologique au CEREMA. Elles reviennent sur les actions à mettre en œuvre avec les occupants et gestionnaires de bâtiments tertiaires.

 

Tout d’abord, pourriez-vous nous dire quelques mots sur le rôle du CEREMA dans la région ?

Le CEREMA Normandie Centre est une des 8 directions territoriales du CEREMA, Centre d’Etudes et d’Expertise sur les Risques, l’Environnement, la Mobilité et l’Aménagement. Centre de ressources et d’expertises scientifiques et techniques pluridisciplinaires, il apporte son concours à l'élaboration, la mise en œuvre et l'évaluation des politiques publiques, tant au niveau national que local. Il propose une expertise unique dans les domaines de la mobilité, des infrastructures de transport, de l’urbanisme et de la construction, de la préservation des ressources, de la prévention des risques, de la sécurité routière et maritime et de la capacité à intégrer ces différentes compétences dans la construction de projets territoriaux. Le Cerema propose des solutions sur mesure adaptées aux besoins des acteurs des territoires, allant de la diffusion de connaissances scientifiques et techniques, via par exemple le Centre de Ressources sur l’adaptation au changement climatique (CRACC) et le Centre de ressources pour la réhabilitation responsable du bâti ancien (CREBA), à l’appui pour le développement et la mise en œuvre des réglementations.

Nous intervenons toutes deux notamment sur le bâtiment avec une approche transversale et pluridisciplinaire qui combine un volet technique et un volet sociologique dans une logique de diffusion de bonnes pratiques sur les économies d’énergie à moindre coût en associant les usagers. Dans le cadre de l’accompagnement des occupants à la réduction des consommations d’énergie dans le tertiaire, notre champ d’intervention se concentre principalement sur les  bâtiments tertiaires publics, des administrations et établissements  d’enseignement.

 

La journée technique sur le thème de « L’occupant au cœur de la consommation des bâtiments », 2018 (Crédits photo: CEREMA)

 

L’Etat s’engage dans la réduction des consommations énergétiques pour les bâtiments tertiaires existants. Quelles sont les principales dispositions à retenir et quelles en sont les conséquences pour les gestionnaires et les occupants des bâtiments ?

Les objectifs fixés ces dernières années par les gouvernements précédents sont aujourd’hui réaffirmés dans le cadre de la loi ELAN promulguée en novembre dernier, qui prévoit un décret instituant un objectif de baisse de 40% de la consommation énergétique à l’horizon 2030 (base 2010). Notre travail consiste à participer à l’atteinte de ces objectifs chiffrés, d’une part en  proposant des petits ou moyens travaux pour les gestionnaires publics, et d’autre part en diffusant des bonnes pratiques destinées aux usagers, dont le comportement a un effet de levier important sur la baisse des consommations.

 

La journée technique sur le thème de « L’occupant au cœur de la consommation des bâtiments » organisée par le CEREMA Normandie-Centre l’année dernière a rassemblé près de 70 participants. Pouvez-vous nous expliquer la complexité des étapes dans la mise en place d’une démarche d’économie d’énergie associant les occupants ?

Tout d’abord, un premier enseignement, suite aux retours d’expérience, est de constituer une équipe dédiée avec des usagers du site, avec ou sans accompagnement extérieur, pour aider les gestionnaires dans la mise en œuvre d’une telle démarche. 

Les difficultés rencontrées sont de plusieurs ordres. D’abord organisationnelles : la prise de contact, la constitution des équipes en associant plusieurs compétences (l’informatique, la communication, le secrétariat général, la logistique etc), mais aussi l’obtention d’un soutien hiérarchique fort, matérialisé  notamment par la mise à disposition d’un petit budget pour soutenir les actions menées, et la reconnaissance de la participation à la démarche comme une vraie mission. D’autres difficultés peuvent ensuite apparaître lors de la détermination des objectifs, du choix des actions à mener et de leur priorisation, de l’élaboration d’un calendrier et du choix des indicateurs pour assurer le suivi des performances. Enfin, il convient pour l’équipe de trouver des moyens de communication adaptés, susceptibles de favoriser la motivation et l’implication des usagers à la démarche. Il ne faudrait pas laisser penser que les économies d’énergies conduisent à une perte de confort au quotidien. De même la démarche ne doit pas nuire à l’activité principale de l’organisation.

Notons qu’il est difficile de définir une démarche type ou une méthodologie figée applicable à toutes les organisations. Il convient donc de fixer des règles en fonction des modes de fonctionnement des bâtiments et des comportements de chacun. Les  structures doivent adapter leur discours par rapport au degré de sensibilisation de leurs occupants pour éviter que certains ne deviennent réfractaires.

 

 Quelles sont les actions concrètes qui peuvent être mises en place ? 

Dans le cadre des échanges lors de cette journée technique, la majorité des actions évoquées étaient orientées vers la diffusion de bonnes pratiques pour sensibiliser les usagers aux économies d’énergies. L’idée était de viser des économies à faible investissement, c’est-à-dire sans gros travaux de rénovation.

Plusieurs approches peuvent ainsi être adoptées et combinées : impliquer les usagers en leur proposant une montée en compétences techniques ( par exemple des animations autour des diagnostics thermiques ou des fiches pratiques sur le fonctionnement de certains appareils), créer des moments dédiés pour communiquer et créer du lien autour du partage des bonnes pratiques, mettre en place des animations périodiques pour favoriser une dynamique. Outre les outils classiques comme les sites intranet ou les newsletters, il existe une multitude d’alternatives plus ludiques qui appellent à la convivialité : slogans, mascottes, concours, jeux… L’important est de réussir à trouver le bon ton pour impliquer les occupants et de maintenir le dynamisme sur la durée.

Le CEREMA peut proposer d’accompagner les acteurs dans cette démarche. Il met également à disposition un ensemble de publications: un guidesur la qualité d’usage des bâtiments de bureaux. Les comptes-rendus des échanges des journées techniques organisées sur le sujet sont accessibles sur le site internet du Cerema.

 

La journée technique sur le thème de « L’occupant au cœur de la consommation des bâtiments », 2018 (Crédits photo: CEREMA)

 

Les résultats en termes de réduction de consommation et de coûts associés à ce type de démarche sont-ils quantifiables sur le long-terme ? 

Oui, les gains sont quantifiables sur le plan énergétique. Dans le cadre du concours CUBE (Concours Usage Bâtiment Efficace), les participants ont réalisé en moyenne plus de 10% d’économie d’énergie sur leurs consommations de l’année, et certains ont même dépassé les 20% !. Cette moyenne est tout à fait susceptible d’être maintenue dans le temps si les améliorations techniques et les modifications des pratiques le sont également. Par ailleurs, on note un ensemble de gains non quantifiables mais réels, associés à ce type de démarche : un renforcement de la cohésion entre les usagers et une amélioration du confort  ressenti au quotidien. Certains gestionnaires de bâtiment profitent d’ailleurs de cette dynamique collective pour engager d’autres actions de réduction des coûts sur d’autres thèmes, la consommation de papier et d’eau par exemple.

 

Vous êtes membre du Club Normand CUBE 2020, pourriez-vous nous dire quelques mots sur le concours CUBE 2020 de l'Institut Français pour la performance du bâtiment (IFPEB) ?

Un Club Normand à l’attention des bâtiments tertiaires Etat a été organisé par le CEREMA en 2017 à l’occasion du CUBE 2020, un concours national dont l’objectif est de récompenser les économies d’énergie réalisées dans des bâtiments tertiaires. Le Club visait à fédérer les gestionnaires des bâtiments publics de la région participant au concours autour du partage de leurs bonnes pratiques et de leurs difficultés éventuelles. Le Club Normand n’a pas été renouvelé cette année, mais le CEREMA Normandie-Centre poursuit néanmoins la même dynamique  sous d’autres formes en région Normandie et Centre Val de Loire mais aussi en concourant à d’autres initiatives, à l’instar du « Club Climat Chaud » qui accompagne notamment la Martinique sur les problématiques de réduction des consommations cette fois-ci liées à la climatisation.

Dans la continuité du concours CUBE 2020, le concours Cube.S a été lancé en 2018 par le ministre de la Transition écologique et Solidaire et le ministre de l’Éducation Nationale et de la Jeunesse, en partenariat avec le CEREMA et l'Institut Français pour la Performance du Bâtiment (IFPEB). Ce concours vise à la réalisation d’économies d’énergie sur une période de 1 à 5 ans dans les écoles, collèges et lycées. Le CEREMA est prêt à accompagner pleinement les collectivités, les enseignants et les élèves dans cette démarche à travers plusieurs types d’actions en fonction de leurs besoins : accompagnement au montage de la démarche et à l’animation réseau, formation opérationnelle des équipes, appui pour la réalisation d’animations….

 

Pour plus d’information :

Noelie.carretero@cerema.fr

Roxane.joly@cerema.fr 

 

D’autres ouvrages du CEREMA sur le thème :

-6 Fiches : Les missions et les métiers de l’exploitation et de la maintenance des bâtiments publics

https://www.cerema.fr/fr/centre-ressources/boutique/missions-metiers-exploitation-maintenance-batiments-publics 

-5 Fiches : La qualité d’usage des bâtiments

https://www.cerema.fr/fr/centre-ressources/boutique/qualite-usage-batiments

-Le Guide : Réduire l’impact environnemental des bâtiments – Agir avec les occupants, édition Certu

https://www.cerema.fr/fr/centre-ressources/boutique/reduire-impact-environnemental-batiments-agir-occupants

 




Recevez les actualités des Bâtiments Durables en Normandie par courriel en inscrivant votre adresse ci-dessous :

Inscription    Désinscription
Particuliers
Espace info énergie