Accueil > Interviews et témoignages > Focus : Les immeubles à énergie positive de la Presqu'Île à Malaunay par Logéal Immobilière
Réduire la police Augmenter la police Imprimer la page

Focus : Les immeubles à énergie positive de la Presqu'Île à Malaunay par Logéal Immobilière

LOGEAL Immobilière et Seine Manche Promotion collaborent sur le projet lauréat PREBAT 2 de la Presqu’Île de Malaunay. M. Gilles Leroy, de Seine Manche Promotion, M. Georges Ganz d'EN ACT Architecture et M. Emmanuel Dubaillay, du bureau d’études Auvray-Dubaillay, interviennent respectivement en tant que chargé d'opérations, architecte et économiste de ce projet. Huit mois après le début des travaux, nous revenons avec eux sur l’état d’avancement du chantier, les difficultés rencontrées et les aspects techniques liés à la haute performance énergétique des bâtiments. 

 

M. LEROY, Quel est l’état d’avancement du chantier aujourd’hui ?

GL : L’avancement du projet respecte les délais fixés dans le planning, bien qu’il y ait eu un léger contretemps dû à la découverte de réseaux de gaz et d’électricité qui n’étaient mentionnés sur aucun plan ni document. Il a donc fallu contacter les entités compétentes pour le dévoiement de ces réseaux ce qui a retardé le début des travaux de deux mois et demi environ. Mais ce retard a depuis été légèrement rattrapé puisque le gros œuvre du bâtiment C est achevé et l’installation des menuiseries et des fenêtres en triple vitrage a déjà commencé, tandis que les travaux d’étanchéité sont en cours. Les bâtiments A et B sont eux toujours en phase de gros œuvre, avec un avancement respectif de 90% et 50%. La réception entreprise est désormais prévue pour Mars 2015. 

 

Après huit mois de travaux, les objectifs de performance énergétique des bâtiments sont-ils toujours maintenus, en particulier l’idée de parvenir à un bâtiment autosuffisant ? 

GL : Oui, le cap est toujours maintenu pour parvenir à l’objectif « bâtiment passif à énergie positive ». Pour cela, il est vrai que le site s’y prête parfaitement et permet d’ancrer le projet dans une philosophie globale de réduction des émissions. En effet, la localisation du projet permet l’accès à toutes les commodités (commerce, services publics, transports…) à pieds et une piste cyclable qui traverserait le site est aussi en projet. 

GG : Cela est même le but premier du projet. Les bâtiments doivent être passifs, c’est-à-dire que la consommation énergétique annuelle pour le chauffage ne doit pas dépasser 15 kWh/m². Pour cela, diverses solutions ont été établies :

  • l’orientation des bâtiments selon un axe nord/sud, qui induit un apport solaire passif ;
  • la ventilation naturelle pour le rafraichissement du bâtiment, où nous avons cherché à faire une « architecture traversante » ;
  • la chasse aux ponts thermiques afin de maximiser les performances de l’enveloppe, ce qui permet de réduire les déperditions thermiques. 

Tous ces aspects permettent de considérablement réduire les besoins en énergie des bâtiments. Par voie de conséquence, la production d’énergie nécessaire est également minimisée. 

 

© Georges Ganz, EN ACT Architecture

Nous y venons justement : qui dit bâtiment à énergie positive dit production d’énergie ?

ED : En effet. Des champs collectifs de panneaux solaires thermiques en toitures permettent d’assurer les besoins en eau chaude sanitaire et en chauffage de chaque logement par l’intermédiaire d’un module individuel sous forme d’un ballon d’accumulation à double serpentin. Parallèlement, un système double flux à haute efficacité thermique procure un air sain pour la ventilation des logements avec possibilité d’une sur-ventilation. Les besoins en chauffage du logement sont satisfaits grâce à un plancher basse température en solaire direct régulé, système qui permet d’assurer un certain confort thermique.  

GG : Par ailleurs, l’apport en électricité se fait par des panneaux photovoltaïques en toiture et en façade. Initialement, ces panneaux devaient se trouver uniquement en toiture, mais l’augmentation du nombre de panneaux solaires thermiques nous a conduit à choisir une installation complémentaire en façade afin d’assurer la même surface de panneaux photovoltaïques. 

L’appoint en énergie a aussi été reconsidéré. En effet, lors de la découverte du réseau gaz sur le terrain pendant la phase préliminaire du chantier, il nous a semblé plus judicieux d’installer une chaudière gaz à condensation à la place de la batterie électrique initiale en appoint individuel. Ce choix nous a en plus permis de minimaliser la surface des panneaux photovoltaïques en phase de conception. Cette chaudière gaz d’une puissance de 35 kW est située dans un local technique et desservira le chauffage d’appoint de 8 logements par l’intermédiaire du module individuel de chaque logement. 

 

Quels sont les aspects sur lesquels il est nécessaire d’être particulièrement vigilant lors de la maitrise d’œuvre de bâtiments à énergie positive ? 

GG : A la phase d’étude, toutes les parties à isoler ont été indiquées, des fondations jusqu’en terrasse, sans rupture. En phase de mise en œuvre, des points d’arrêt stratégique sont fixés très régulièrement, c'est-à-dire chaque semaine. Le but de ces rendez-vous de chantier est de procéder à la vérification de la bonne implémentation de l’isolation à chaque étape. 

L’installation de ce type de système d’isolation, (et plus largement la mise en œuvre de bâtiments à énergie positive) est innovante et encore peu courante. Cela représente une nouveauté de fonctionnement pour les entreprises en charge de cette partie du chantier. C’est pourquoi le choix de l’entreprise doit être réfléchi, dans le sens où il faut qu’elle soit motivée et engagée dans la construction de bâtiments ayant des impacts environnementaux et des consommations énergétiques réduites. 

GL : Par ailleurs, nous prévoyons d’ici la fin de l’année de réaliser des tests à l’aide de caméras thermiques afin de vérifier la continuité de l’enveloppe. C’est une des opérations mises en œuvre pour assurer la réussite de l’opération. La vérification de la bonne mise en œuvre du projet est primordiale. En effet, toutes les caractéristiques de matériels définis durant la phase de conception doivent être rigoureusement examinées à toutes les étapes du chantier car des modifications peuvent entrainer des répercussions non négligeables sur l’objectif de la performance énergétique souhaitée. Enfin, il est vraiment important de ne pas négliger l’aspect formation et sensibilisation à la mise en œuvre de bâtiment BePos auprès des différents acteurs du BTP. Ce sont ces efforts qui permettent d’inscrire un projet dans une réelle démarche innovante d’amélioration des performances énergétiques.

 

Pour plus d'informations, rendez-vous sur la fiche projet de ce lauréat PREBAT 2 !

Contenus associés

Construction de logements à énergie positive à "La Presqu'Île", Malaunay

LOGEAL Immobilière et Seine Manche Promotion capitalisent sur leur expérience dans la construction durable pour ce projet d'immeubles à énergie positive, avec un travail poussé sur la...

Voir la fiche projet
Interviews et témoignages
Recevez les actualités des Bâtiments Durables en Normandie par courriel en inscrivant votre adresse ci-dessous :

Inscription    Désinscription
Particuliers
Espace info énergie