Accueil > Interviews et témoignages > Focus : La rénovation biosourcée du Centre des Trois Saules de Saint-Saëns
Réduire la police Augmenter la police Imprimer la page

Focus : La rénovation biosourcée du Centre des Trois Saules de Saint-Saëns

MM. Yannique PETTIT (Conseiller en Energie Partagée au SMAD* du Pays de Bray) et Manuel FOURNEAUX (Agence d’Architecture d’Eawy), interviennent dans la réhabilitation du Centre des Trois Saules de Saint-Saëns en  tant qu’assistant à la maîtrise d’ouvrage et architecte du projet. Ils abordent avec nous l’état d’avancement du projet, sa performance énergétique ainsi que les particularités liées à l’utilisation de matériaux biosourcés.

M. PETTIT, pouvez-vous nous dire où en est le projet ?

YP : Nous avons commencé avec le désamiantage de la structure, désormais à nu. La peinture au plomb, qui était particulièrement présente dans tout le bâtiment, a été enlevée. Le démontage est complet. Le vide sanitaire a également été fait. Outre cela, nous avons mis en place la dalle béton, les fourreaux pour le chauffage, l’eau et l’électricité ainsi que les rampes pour l’accès aux personnes à mobilité réduite. Les murs en briques sont apparents et les fenêtres devraient bientôt être posées.
Une fois certains aléas de chantier réglés, nous pourrons dire que nous avons quelque chose de « propre » sur lequel nous pourrons commencer à travailler. A vrai dire, il me semble qu’avec tous les travaux effectués dans le cadre de ce projet, il serait plus juste de parler de réhabilitation que de rénovation.

© Yannique Pettit

Quels sont selon vous les facteurs de succès et d’échec d’un tel projet ?

YP : Nous avons eu plusieurs aléas de chantier. La peinture au plomb a été un véritable frein. Le travail d’enlèvement de cette peinture a pris du temps, d’autant plus que les conditions de sécurité doivent être optimales dans ce genre de situation. Nous nous sommes également rendu compte que les solives (NB : pièce de charpente placée horizontalement en appui sur les murs ou sur les poutres pour constituer le plancher d'une pièce) s’étaient affaissées d’environ 10 cm, ce qui est dû à l’ancienneté du bâtiment. En s’accumulant, ce type de problèmes génère des surcoûts significatifs.
Cependant, il faut aussi voir les aspects positifs. Dans l’ensemble, la maçonnerie est saine. Les quantités d’eau pour la pompe à chaleur sont également bonnes. Enfin, la communication au sein de l’équipe a été bonne jusqu’à présent. Ceci sera primordial pour la suite de continuer à assurer une bonne retransmission de l’information au sein de la maîtrise d’ouvrage et des différents acteurs opérant sur le projet. Ceci est, je crois, d’autant plus crucial dans la mesure où nous avons un certain nombre de défis à relever sur ce projet.

M. FOURNEAUX, pourquoi avoir fait le choix du biosourcé ?

MF : Ce bâtiment est relativement ancien, et comportait déjà des matériaux « naturels » tels que des briques, de la terre (pour certaines parties de l’isolation) et du bois. Nous voulions ainsi conserver cette idée, en réutilisant donc des matériaux « naturels » ou plus exactement « biosourcés » En effet, ils sont bien adaptés à la problématique de la rénovation du bâti ancien grâce à leurs qualités intrinsèques comme par exemple : une bonne de régulation de l'humidité et une inertie plus en adéquation avec les parois qu'ils isolent. Nous avons également essayé de saisir l’opportunité offerte d’une part par l’ADEME dans le PREBAT pour aboutir à un bâtiment énergétiquement performant, et par le programme LEADER d’autre part qui subventionnait des projets utilisant des matériaux à faible énergie grise. En effet, un des avantages de ces matériaux est leur faible « énergie grise » : autrement dit l’énergie qui est consommée sur l’ensemble de leur cycle de vie (de la production des matières premières à la fin de vie du produit). Des matériaux à faible énergie grise génèrent, bien souvent, des impacts environnementaux plus faibles que les matériaux plus classiques, avec une énergie grise importante. De plus, il nous paraissait important de proposer des matériaux sains générant une bonne qualité de l'air intérieur, ce bâtiment abritant un centre de loisir pour les enfants de la commune.

Comment cela se traduit-il en termes de performances énergétiques ?

MF : Nous devrions parvenir à une réduction drastique des consommations et des pertes thermiques. On peut dire qu’avant nos travaux, l’isolation du bâtiment était négligeable, et les fuites thermiques étaient considérables. L’amélioration est donc nécessairement  conséquente. Les matériaux isolants biosourcés n’en sont pas la cause première. On aurait pu atteindre un résultat relativement similaire avec une isolation plus classique, bien que cette solution ait potentiellement plus d’impacts sur l’environnement. L’essentiel des progrès est en vérité dû au chauffage. Nous disposions précédemment de deux chaudières fioul assez anciennes. Passer à une pompe à chaleur réversible eau/eau sur nappe permet d’immenses progrès. La combinaison de cette pompe à chaleur avec un chauffage par le plancher est le premier critère d’amélioration des performances énergétiques du bâtiment.

Schéma de l'isolation du Centre des Trois Saules © Yannique Pettit
 
Bien qu’il soit encore tôt pour en tirer le bilan, quel est votre retour d’un point de vue financier ?

MF : A l’exception de l’isolation des combles (isolées par une couche de ouate de cellulose tenue à distance du plancher par 4 cm de terre battue) pour lesquelles les coûts ont été bien maîtrisés, ce travail sur une « enveloppe biosourcée » génère des surcoûts importants dans l’ensemble. Il y a évidemment un besoin de démocratisation dans le secteur.

Et désormais, quelles sont les prochaines étapes ?

YP : D’ici la mi-mars**, nous devrions enfin attaquer le travail sur l’enveloppe. C’est à cette étape qu’il y aura évidemment le plus de travail, notamment par rapport à l’utilisation des matériaux biosourcés. Au final, nous aurons probablement un léger retard par rapport à la date initiale de juin 2014 pour l’ouverture. Mais nous restons optimistes. 


 

*SMAD  : Syndicat Mixte d'Aménagement et de Développement

** NDLR : Cet entretien a réalisé entre fin février et début mars.

Contenus associés

Rénovation du Centre des Trois Saules

Ce projet, situé sur la commune de Saint-Saëns, consiste en la rénovation d'un centre de loisirs à destination des associations et des écoliers. L'architecture du bâtiment a notamment été...

Voir la fiche projet
Interviews et témoignages
Recevez les actualités des Bâtiments Durables en Normandie par courriel en inscrivant votre adresse ci-dessous :

Inscription    Désinscription
Particuliers
Espace info énergie