Accueil > Interviews et témoignages > Focus PREBAT 2 : La réhabilitation concertée de l'Immeuble Dauphiné à Dieppe
Réduire la police Augmenter la police Imprimer la page

Focus PREBAT 2 : La réhabilitation concertée de l'Immeuble Dauphiné à Dieppe

M. Thierry Dussaux est responsable BET Fluides et VRD au sein d’Économie 80. Il aborde avec nous le cas de la réhabilitation bientôt achevée par SODINEUF de l'immeuble Dauphiné, dans le quartier Janval de Dieppe : une rénovation énergétiquement performante, centrée autour des besoins des résidents.


M. Dussaux, quelles sont les spécificités de cette rénovation ?

TD : Il s’agit d’un immeuble certifié BBC Rénovation +. Cela signifie qu’il atteint le niveau de performance d’un bâtiment basse consommation rénové, et même qu’il le dépasse de 25%. En termes de consommation d’énergie, on passe avec cette opération de 244 kWhep/m²/an à moins de 67 kWhep/m²/an, soit un gain d’environ 70%. C’est un bâtiment pour lequel le bâti a vraiment été modifié en profondeur.

Quels sont les moyens techniquement mis en œuvre pour atteindre ce niveau de performance ?

TD : Cet immeuble date des années 70, avec une isolation typique de l’époque : deux parois en béton de quelques centimètres d’épaisseur, réparties de chaque côté  d’une couche d’isolation. Le bâtiment était particulièrement énergivore.
Isoler le bâtiment par l’intérieur, comme on en a souvent le réflexe, aurait été un chamboulement important, nécessitant potentiellement de revoir la disposition des appartements, le papier peint, etc. Économiquement, cela n’était pas judicieux en vérité.
Nous avons privilégié l’isolation par l’extérieur, ceci nous permettant par la même occasion de traiter les nombreux ponts thermiques. Nous avons également profité du fait que la terrasse était abîmée, afin de refaire l’étanchéité et l’isolation en même. Une VMC a été mise en place. Les celliers et les loggias ont été fermés. Les menuiseries extérieures étaient également anciennes, nous les avons ramenés aux standards actuels, la pose de brise soleil au droit des grand baies afin de réduire les apports solaires de la période estivale uniquement et enfin les chaudières ont été changées pour des équipements performants.
En termes de matériaux, notre parti pris a été de privilégier du matériel connu et reconnu, avec une durée de vie établie, et la garantie de ne pas avoir de mauvaises surprises.

crédit SODINEUF©

La population de l’immeuble est dans sa majorité âgée. Comment avez-vous pris cela en compte ?

TD : La conception de la réhabilitation a été spécifiquement pensée pour causer le moins de nuisances possibles. Par exemple, nous n’avons pas touché à la disposition des appartements, afin que les gens puissent garder leurs habitudes. Par ailleurs, les interventions ont été effectuées à la chaîne, sur deux semaines par logement. Seules deux à trois personnes étaient présentes à chaque fois, les menuisiers, puis les plombiers, etc. Les nuisances sonores étaient limitées et l’inconfort des habitants étaient moindres de cette façon. Nous avons eu des retours positifs à ce sujet.
Un autre problème du bâtiment, qui fait cinq étages, était l’absence d’ascenseur. Ceci est particulièrement problématique dans le cas d’une personne âgée logeant au dernier étage. Nous avons donc réfléchi à la mise en place d’ascenseurs dans les cinq halls d’entrée, malgré le surcoût économique que cela causait. Les ascenseurs installés fonctionnent aujourd’hui par demi-palier. Chaque habitant doit donc certes monter ou descendre un demi-étage, mais cela améliore déjà significativement l’accessibilité des appartements. C’est un enjeu social qui devient de plus en plus proéminent aujourd’hui.

Quelles sont les prochaines étapes ?

À l’heure d’aujourd’hui (NDLR : début juillet 2015), le projet touche bientôt à sa fin. L’état d’avancement est, dira-t-on d’environ 95%. La réception finale sera ensuite effectuée.
Avec cette réhabilitation, les habitants ont l’opportunité de réduire de façon significative leur facture énergétique (de l’ordre de 580 à 690 € par an selon nos estimations) et leur facture d’eau (de 60€ par an environ). L’enjeu pour l’équipe de conception portera sur l’éducation des usagers : comment « bien vivre » dans un bâtiment énergétiquement performant ? C’est un changement des habitudes que nous devons aussi initier dans le cadre de l’amélioration énergétique des bâtiments.

 


Rénovation énergétique de logements sociaux à... par FranceEcologieEnergie

Contenus associés

Réhabilitation d'un immeuble de 40 logements à Dieppe

Grâce à SODINEUF Habitat Normand, un bâtiment important du quartier Janval est réhabilité en concertation avec les résidents. C'est ainsi qu'a pu être amélioré la qualité de vie des...

Voir la fiche projet
Interviews et témoignages
Recevez les actualités des Bâtiments Durables en Normandie par courriel en inscrivant votre adresse ci-dessous :

Inscription    Désinscription
Particuliers
Espace info énergie