Accueil > PREBAT2 : un bilan de l'expérimentation
Réduire la police Augmenter la police Imprimer la page

PREBAT2 : un bilan de l'expérimentation

Publiée le 10 mai 2016

Plus de 200 bâtiments démonstrateurs basse consommation, lauréats des appels à projet PREBAT, font l’objet d’un suivi et d’une évaluation de leurs performances durant les deux premières années de leur fonctionnement. Un travail de capitalisation et d’analyse transversale de ces évaluations a été entrepris et s’appuie en 2015 sur 60 d’entre elles. Ce programme de recherche ambitieux a permis de constituer un socle de connaissance précieux sur cette nouvelle génération de bâtiments, dont la construction s’est maintenant généralisée avec l’entrée en vigueur de la réglementation thermique 2012. Ceci permet de vérifier les progrès réalisés ces dernières années notamment sur la performance énergétique des bâtiments en France. 

 

Depuis l’introduction de la réglementation thermique 2012, il apparaît désormais que les consommations réelles de chauffage ont été drastiquement réduites et descendent en moyenne en dessous des 25 kWhep/m².an. Les consommations de chauffage se trouvent ainsi réduites à un niveau comparable aux autres postes réglementés que sont l’eau chaude sanitaire et l’éclairage. Cela fait ainsi émerger de nouveaux enjeux d’efficacité énergétique, par exemple sur l’eau chaude sanitaire où les usages de l’énergie hors réglementation thermique. Les consommations liées aux équipements mobiliers (informatiques, multimédia …) et immobiliers non réglementés (ascenseurs par exemple) sont équivalentes à la consommation des postes réglementés pour les bureaux et de l’ordre de 70 kWhep/m².an dans les habitations. Le choix et l’utilisation de ces équipements représenteront à l’avenir un levier important de réduction des consommations d’énergie, en particulier pour les équipements bureautiques.

Pour parvenir à cette haute performance énergétique sur les postes réglementés, la conception et la mise en œuvre des bâtiments évalués se sont révélées d’une très grande qualité en grande partie du aux choix qui ce se sont portés vers de meilleures références de matériaux et d’équipements disponibles sur le marché. Grâce à cette étude, plusieurs axes d’amélioration ont également été identifiés en comparant la consommation calculée en phase de conception et la consommation mesurée pendant deux ans d’utilisation. Les températures de consigne réellement pratiquées qui apparaissent dans la moitié des cas supérieures aux températures envisagées à la conception, font ainsi varier la consommation jusqu’à 15kWhep/m².an sur l’échantillon. La variation des conditions météorologiques peuvent entraîner des écarts de consommation allant jusqu’à 10 kWhep/m².an.

Téléchargez le rapport ici pour découvrir tous les enseignements de cette étude !

Mots-clés :



Recevez les actualités des Bâtiments Durables en Normandie par courriel en inscrivant votre adresse ci-dessous :

Inscription    Désinscription
Particuliers
Espace info énergie